Rechercher
  • webmaster

USPEG Montagne Marseille - CR S6

Jeudi,
7 grimpeurs à la Sainte du côté de la marbrière et son calcaire parfait, pour accompagner Jacky et Jean, 
2 potes d'Alain bien connus des services de spotlisses.
Un peu de mistral, mais le soleil prend largement le dessus.
Dommage pour  le peu de points en bas des voies. 
On fait avec ..ainsi que le mistral qui bouscule un peu ds les dalles.

Samedi,
Au moins 6 courageux dans la face NW du Grépon, pardon du Rapon.
Le soleil se fait désirer, mais les munitions liquides  à usage de réchauffement interne permettront de soutenir le siège et de vaincre cette paroi dans les normes... éthy(li)ques.Samedi, 
Rendez vous à Venelles parfaitement maitrisé par tous, le local arrivant bien entendu dernier...
Roro nous pilote en douceur, et gâche mon sommeil en lançant l'option massage "seychelles cocottiers" du siège passager. 
Je me transforme en vahinée...
Violaine en profitera au retour, sans trop se plaindre non plus.
Et je  démontrerai  à Roro que le massage manuel passager arrière sur le conducteur n'est pas une option à négliger, 
même sur des véhicules tout équipés.

Un 13 poussif sur la route enneigée des Orres nous ralentit un peu mais comme il fait bien froid...
La neige de la nuit étincelle à l'infini sous la fraîcheur d'un soleil encore frémissant.
Seul Serre Ponçon  résiste à la blancheur. Rien ne presse....

Le parking un peu isolé est vite trouvé.
Je sors un arva. Il est sur émission depuis la précédente sortie ...(merci qui ?).
Il capte rien, et pour cause. 
Un grand moment de solitude...
Mais l'étude fine du parcours prévu m'avait convaincu que le risque est quasi nul sur ces pistes non sécurisées, malgré un bon niveau 3 du BERA.
C'est parti qd même! 
Au bout de 20m, je me souviens tt de même que j'ai un arva de secours...!!!
Retour à la case auto et c'est reparti pour de bon !!
La montée dans la poudre cède vite la place à des pistes parfaitement damées de la nuit ??!
La fine dentelle gaufrée de la surface est magnifiée  par un soleil parfaitement rasant. On hésite à lacérer cette oeuvre d'art. 
Enfin pas trop, ya une bonne épaisseur de poudre sinon ...

Dare dare on progresse à 400m/h sur ce billard, doublés qd même par le Pghm en vadrouille.
Bizarre le télésiège s'est mis en branle...
Baoummm !  Une détonation sèche, qui déchire les tympans.
500m plus haut, une bouche à feu fume. 
Un gazex sécurise la piste rouge qu'on est en train justement d'éviter, car elle peut craindre...
Rebaoummm !! Ça y est, la Pousterle est sécurisée. Pas de coulées...
Mais bientôt, les cours  de ski compète affluent. 
Heureusement les jeunes skieurs ne rasent pas trop près les piquets bien tentants qu'on forme sur la piste, et ils ont un très bon niveau. 
Enfin pas tous. Certains ont pas le niveau compète mais grâce au passe droit du jour ça viendra bien...
C'était pas prévu, cette déferlante. Un petit moment pénible....

A midi on arrive au resto panoramique désert.
Certaines utilisent toute leur science du Yoga pour contorsionner les barrières qui défendent ardemment la terrasse, skis aux pieds.
D'autres pedibus cum jambis, ça ...marche aussi.

Le télésiège s'arrête, le silence, pas de vent. 
2 autres gazex en face ont lâché leur mine, mais ça a  pas bougé. 
Pourtant les ondulations de la neige en surface qui plâtrent tout en face trahissent un transport de neige significatif.
Roro avise des tables enfouies sous la neige, et les renverse pour la bonne cause.
Leur horizontalité retrouvée, un bon coup de pelle pour dégager, et on s'abandonne à un soleil généreux.
Un petit coup de cordon rouge pour la veille... de la St Valentin.....
Pendant ce temps, 4 cordons  bleus se sont installés à côté. Eux c'est des fondus de fondue.
Tant que  ça n'affecte pas la poudre  alentour...

 Tout ça se passe comme il se doit de nos jours, sous vidéo protection ! On se like en direct.
( voir copie d'écran jointe, ou googlisez "bergfex- webcam - les orres . Selectionnez Pousterle - hier 13h00 .  
Tout est immortalisé en bas de l'image png . 
Bon faible définition ....mais on reconnait le bonnet  bleu de Martine, et la polaire blanche de Vio blanc sur blanc !) 

On flemmarde un agréable moment au soleil. 
Le goutte à goutte du toit égrène les heures...  
Puis couvre feu oblige, on redescend  par la piste de la grand'cabane, éloignée de tout et qui n'est zébrée que de 5 traces.
La poudre est un peu dense en haut, l'oeuvre du vent, puis ce sera excellent jusqu'en bas, avec les oreilles comme gouvernail.
Martine râle un tout petit peu quand ça se raidit et se rétrécit, mais on sent bien que c'est juste pour la forme, au cas où, en préventif...
Tant que la neige reste bonne, ça colle. 
Violaine caracole et Roro n'est pas en reste.

Retour aux Orres 1800 ds les mélèzes toujours plâtrés. 
Une brume fine mais dense nous envahit et  nous protège opportunément d'une architecture  toute récente, mais peu inspirée.
Une hivernante égarée sur la piste nous supplie  d'épargner son chien,...mais aussi son mari et son enfant en contrebas.
De ne pas les écrabouiller ds le brouillard.
On verra... Si on est gentils....
On tient enfin  notre revanche sur le cours compète du matin qui nous  frôlait à toute berzingue.
 Mais le toutou en question était trop sympa !  Il ne mérite pas de finir sous nos carres.

Déjà à  l'auto. Les quelques arrivants du samedi se jettent sur leurs chaînes pour faire le dernier km, sans trop chercher à forcer le passage. 
Est ce bien utile ? 

Retour  Marseille sans encombres avant le couvre feu grâce à un Plan de Campagne bien assoupi.

Et une grosse petite pensée pour Sylvie. Les sommets vont s'ennuyer sans elle. 

4 vues0 commentaire