Rechercher
  • webmaster

Nouvelles du dernier WE avant confinement Covid-19

Jeudi grimpe à la Sainte
Les retraités frères de la côte, Christian et Bernard, ne souhaitent pas trop s'en éloigner.
Les actifs, enfin surtout Manue - le cas des Alain et Olivier est plus discutable - optent pour une petite grande voie : La marbrière 7 lg en 5b.à la Sainte, au si beau rocher qu'on voulait en faire des plans de table. Nous,  rien à scier, on se contente de l'effleurer.
Certains lecteurs assidus se souviendront de la tentative froide et humide 15j auparavant par les Alains.
Belle revanche, grimpe sans encombre, et sans retrouver  le mousqueton laissé pour le rappel. Sniff pour mon cliff… Quelques sacs de noeud permettent de bien profiter du soleil...
Le pas de la dernière lg est enlevé en toute sécurité ...par l'homme de pointe, c'est pas le moment de se faire bobo avant lundi.
Une première grande voie pour Manue dans une ambiance agréable et sans la foule. Les consignes Covid-19 y sont respectées.
Samedi Grimpe au Pin de Simon, avec au moins Dany, Lili, Vio, Alain et Christian.
Belle dalle plein Sud  bien abritée du Mistral, mais qui abrite un pied de falaise un peu moins confort.
Samedi ski de rando en "Basse" Ubaye, promesse d'excellent regel et temps magnifique après la pluie en altitude du vendredi.
Que va-t-on trouver ? Neige croûtée glacée ?
Ou encore pourrie profonde, inskiable l'AM ? Vu les quantités tombées il n'y a pas si longtemps, en hiver...
Choix d'une face nord qui nous laissera au moins à l'abri des dernières coulées de redoux, toujours possible l'après-midi: la Moutière ou Dos de Chameau 2596 près du Lavercq.
Dès 1360, une longue plaque de verglas nous accueille dans un bon raidillon, laissée là par quelque vrai hiver d'antan ?
Prudemment on stoppe sur place. On est là pour skier, pour se déchainer et pas pour chainer...
On parvient grosso merdo à se garer le long du chemin.
Chaussage à l'auto malgré 2-3 courtes zones déneigées plus haut.
Un véhicule plus téméraire est parvenue jusqu'au parking 1417, sinon on verra personne dans la course.
Consignes  Covid-19 respectées...De toute façon, jamais vu personne sauf des hardes de chamois et trace de loup.
Bon regel dans la forêt, et dès 1700 le torrent laisse apparaitre  de belles tranches napolitaines, pas faciles à franchir...
Un vaste replat nous accueille à 2000, ainsi qu'une grosse avalanche de 200 m de large sur 1 km de long. Frisson...
Les mélèzes ont apprécié et se sont fait souffler dans les...branches.
Très beau spot avec de belles falaises en grès d'Annot (on est tout près de l'Estrop).
Le soleil est revenu depuis peu dans ce cirque, tout heureux de retrouver une belle lumière rasante dans le couloir .
Final aérien sur une arête  tout aussi aérienne et le vent qui va avec...
Les déja arrivés de service s'y caillent et veulent redescendre fissa prestissimo.
Les ordres tombent, implacables, mais pas le vent qui l'est tout autant :
On bouffe en haut dans un repli sous la crête, ce qui se révèle au final acceptable, et les planeurs passent presque sous nos pieds cirer la pompe.
Un coin cher à Pat, qui y vient rarement sans ailes, et salue tous ses potes qui défilent en escadrille et dans un doux silence.
Et on y salue Bernard dont la dernière sortie rando s'arrêtait par un chouette pique-nique juste sous nos pieds, baigné du soleil de janvier...
La descente de l'arête NE a pris le soleil. Tant mieux.
Le couloir plein N offre une belle descente dans une neige croutée salée en surface, qui ne ressemble à rien, mais se laisse skier sans décombres ...
C'est parfait et inattendu. On se régale, tout simplement...
La forêt a pas décaillé partout, et quelques vieilles traces encore gelées ne facilitent pas le passage...
Par obligation, ou juste pour aller voir ce qu'il y a en face..., on cherche à franchir le torrent, ce qui nous impose quelques postures gymniques.
Ses murs de neige  tombent dans l'eau et forment souvent une "falaise" d'un bon 1,50 m.
Cerise sur le gâteau, pas pressé d'en finir avec ce bel enneigement, je suggère d'éviter le tranquille chemin retrouvé et dré dans la  forêt bien raide et son inconnu.
Philippe et Michèle suivent, ils seront pas déçus...
Carres  en équilibre sur les troncs d'arbres, bâtons inopérants mais virages sur place en se raccrochant aux branches...
Ça passe en insistant et ça se termine dans une ravine, où les skieurs de grand chemin  postés nous attendent au pied ferme.
Ils peuvent admirer nos semelles fluo car c'est bien raide.
Et ça se finit par une belle tranchée qui défend le chemin.
On voit rien du haut et il faut faire confiance aux soit disant copains ...
Ski sanglier ou de combat, le choix est large mais le chemin étroit...
Puis retour tranquille par le bas-côté de la route jusqu'à l'auto.
Michèle Blonde Neige, toute dopée de sa victoire sur les bois (mais même sans cela?...) outrepasse les consignes  des 7 Nains,
pour exécuter un demi-tour osé sur ce chemin étroit qui manque....d'Espace.
Elle manoeuvre dans un confetti pour brûler la politesse à Philippe.
Toujours première, même pour la bière au Lauzet.
Covid oblige, on se salue par des balayettes pied - pied, qui permettent de vérifier notre efficacité opérationnelle résiduelle.
Après cette belle bambée et notre éthanolisation  maitrisée.
Encore une belle journée sans nuage, aux charmes inattendus. La montagne a été aimable...
Et le bistrot c'est jamais trop tôt.

Dimanche rando sous un beau soleil printanier organisée par Christian, mais il faut que je me prépare...




















12 vues

USPEG MONTAGNE 2019 -  Créé avec Wix.com