Rechercher
  • webmaster

Grimpe et canyon we 13/14 juin

Samedi  Grimpe roulette russe à Gignac la Nerthe, au secteur sympa de la Chapelle, pour 6 téméraires. Température idéale, les quasi débutantes (Agnès) ne veulent rien lâcher, mais leur force finit par venir à bout de leur volonté. Et bien sûr la pluie qui menaçait finit par prendre ses aises, autorisant une retraite ...avec précipitation. Dimanche Ghys est la première personne d'Edf rencontrée qd j'arrive à Aix  en 1991. Elle est de Moustiers Sainte Marie et me racontait que lors des crues du Val d'Angouire, on entend gémir les âmes damnées du village qui  sont les  prisonnières du canyon, d'où le Val d'Angoisse. On aura notre part.... Quelques désistements,  Pat qui s'enrôle une nouvelle fois  à la toute dernière seconde. Ah ! Ces mails qui ne veulent pas se laisser lire, tout confinés qu'ils sont ! Michèle qui lâche l'eau plate, ainsi que  Martine qui replonge. Le canyon était encore en eau lundi dernier, ce qui est rare en juin. Avec en prime pas mal, voire beaucoup ? de pluie la veille. Pat tient à  vérifier le débit au pont en aval : "Ca va". On verra... On n'ira pas vérifier au retour, trop tardif.... Passage par Valensole avec ses étendues infinies bariolées de sauge médicinale, de lavande et de touristes chinois. Ca mitraille... Moustiers 10h30 : On emprunte la jolie "voie romaine" qui se tortille jusqu'au plateau de Vénascle. On dépasse un troupeau de mouton protégé par 3 border collies. Panneau "Souriez, vous êtes filmés" ! Ne pas détériorer les caméras automatiques qui traquent le loup sur le chemin. Et déjà petite bouffe vers le départ du canyon. Pas en avance, mais en 4h ce sera plié, hein ?... On verra... Pat, prévoyant l'excès d'eau à venir ? fait couler le vin à flot. Ca arrose. On musarde en suivant les dalles  accueillantes d'un minuscule affluent, avec un filet d'eau limpide. Un hors d'oeuvre rassurant ! Comme je le craignais, le raccord avec le canyon principal s'opère par une cascade, heureusement équipée. Joué, gagné, ouf ... Puis vient sans transition un ruisseau  bien bien rempli et qui se gêne pas pour nous le faire savoir, par le bruit et le courant. Une grosse Maglia de début juillet. Ici  le débit 5g est déjà une réalité ! On verra.... Une petite cascade qui passe bien mais nous engage définitivement. On verra... Puis une autre petite, où on évite soigneusement le courant, suivie d'une 8m qui gronde et grouille de grouillements... Ca déménage ! Aucune envie de se jeter à l'eau en rappel... Une chattière permet, par un passage sous bloc et un beau saut, d'aller direct au delà du bouillon un peu trop brouillon. Rugissant ou mugissant, difficile de trancher. Gagné cette fois mais la suite ? On verra... Michèle retrouve ses réflexes de canyonneuse, et Martine ne regrette pas d'avoir son baudrier, qu'elle ne lâche pas. Le soleil est bienveillant et on prend confiance petit à petit. La ligne d'ancrage spéciale crue est privilégiée à la descente alternative sous cascade.... Des magnifiques estrechos, ca bouillonne, ca gronde, ça baigne. Même de soleil ! Magique. Le passage de la "poire" est impressionnant. Ambiance cavernicole et débit 6g dès aujourd'hui. On s'entend à peine. Mains courantes haut perchées mais bien équipées et dernier rappel avec final sous cascade. Je choisis une corde de 30m, même s'il parait manquer 1 ou 2 m. On verra.... Un peu groggy par l'ambiance, je crois me souvenir qu'il faut une 50 m sur le topo...??? La fin de la cascade bouscule, arrose, étourdit. J'arrive à me repousser de la paroi, lâche tout, et la bouse n°1 atterrit au milieu de la vasque peu  profonde. Il manquait 3m...C'est tout vu... Bouses 2 et 3 font leur bombasse. Pat, bouse n° 4, parvient à amerrir sans lâcher un brin de la corde. Elle est sauvée la corde. Pour nous, on verra... Le canyon finit par s'ouvrir. On y rejoint un groupe qui sera bienvenu pour nous montrer le chemin de retour. Il est bien bien caché au  discret confluent avec Vénascle, pourtant déjà descendu avec Geo. On est bien cuits, mais le débit augmente encore car résurgence, et la végétation freine la progression. Encore quelques cascades et ça finit enfin par le faire. Moustiers 19h00 : Trop tard pour une glace mythique à l'Etoile Givrée. Mais l'étoile du Chevalier Blacas brille de mille feux sur sa chaîne au dessus de Moustiers,  incendiée par le soleil qui fait déjà sa révérence. Pat sort un peu de vin rescapé du bidon. Quoi qu'il advienne, être sûr d'être arrosé, jusqu'à la fin.... Une bien belle journée dans une ambiance sauvage, baignée d'un soleil généreux,  et bien arrosée sous tous rapports. Chacun.e a pris sur lui pour que ça se passe bien, dans des conditions exigeantes de canyon engagé.


12 vues

USPEG MONTAGNE 2019 -  Créé avec Wix.com